mon fil spécial pour mes profs adorés

Venez tous :o) ... blabla, coup de gueule, délire... Faut que ça bouge!!
User avatar
leo
Membre / Member
Posts: 19565
Joined: 07 Oct 2005 17:47
Location: Latitude 48.662 degrés Nord - Longitude 7.825 degrés Est

Re: mon fil spécial pour mes profs adorés

Post by leo » 06 Jul 2014 00:17

miju wrote:elle peut essayer de partir dans le privé boîtes à fric, ou très religieuses il y a de nouveaux marché dans les écoles musulmanes
désolé miju, mais c'est pas vraiment notre karma !
le Travail c'est bien une maladie, puisqu'il y a une Médecine du Travail (Coluche)

User avatar
Maïwenn
Modératrice Arts & Litté.
Posts: 16917
Joined: 14 Nov 2003 17:36
Location: O Breiz ma bro
Contact:

Re: mon fil spécial pour mes profs adorés

Post by Maïwenn » 06 Jul 2014 07:48

Elle peut ouvrir une école bouddhiste alors. Mais les moinillons ne sont pas toujours sages non plus.

Trêve de plaisanterie, bon courage à elle !
Penn ar Bed
The end of the land
Le commencement d'un monde

User avatar
svernoux
Membre / Member
Posts: 17306
Joined: 09 Jun 2004 09:55
Location: Beaujolais

Re: mon fil spécial pour mes profs adorés

Post by svernoux » 06 Jul 2014 10:45

C'est pas drôle, mais quelque part, je trouve ça quand même mieux d'atterrir en ZEP après quelques années d'expérience que de but en blanc après la fin des études, ce qui est, il me semble, la majorité des cas ? Déjà un petit bagage pour faire face...
Sonka - Сонька

User avatar
Sisyphe
Freelang co-moderator
Posts: 10386
Joined: 08 Jan 2004 19:14
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico

Re: mon fil spécial pour mes profs adorés

Post by Sisyphe » 06 Jul 2014 14:26

leo wrote:hahaha je remet ce fil au top !
allez, vous allez rire les profs... Lola ma fille va se retrouver en "zep" après sept années relativement correctes :-? je connais, du grave ! un quartier je vous dis pas... on a jamais cherché à savoir si elle était cap psychologiquement... je sais que c'est non !
on va tenter une lettre à l'inspecteur d'académie, moi j'y crois moyen
:-? Je vais être un peu brutal, Léo, mais affronter une ZEP (sigle qui soit dit en passant, n'existe plus) fait partie de ce à quoi l'on s'engage en passant les concours. C'est le deal fondamental : la mutabilité permanente (nationale pour moi, académique pour ta fille, mais dans les deux cas, mon poste est à la discrétion absolue du recteur) contre la sûreté de l'emploi (le "bol de riz en fer" comme on dit en Chine).

Je n'ai pas bien compris si cette nomination relève d'une mutation, ou bien plutôt (vu le calendrier puisque tu parles de l'IEN) d'un remplacement à l'année. Dans le premier, la réponse est simple : on ne refuse pas un poste s'il est statutaire. Dans le second, il faut bien penser que de toute façon, quelqu'un devra faire ce poste "terrible". Le refuser, c'est envoyer au casse-pipe quelqu'un de peut-être encore plus faible et encore moins expérimenté. Je me méfie du mot "vocation", mais à tout le moins, je crois qu'il faut considérer que tous les élèves méritent d'avoir un instituteur.

Svernoux a raison : depuis le temps que tu nous en parles, il est évident que ta fille a de l'expérience (elle n'avait pas été directrice à un moment donné ?) et plus encore du "carton". Elle a sans doute quantités de séquences pédagogiques de prêtes, des documents tout faits, et deux mois pour pondre une programmation et demander des conseils (elle aurait pu être nommée le 30 août). Ce n'est vraiment pas la pire situation de départ pour faire face à une ZEP.
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)

User avatar
leo
Membre / Member
Posts: 19565
Joined: 07 Oct 2005 17:47
Location: Latitude 48.662 degrés Nord - Longitude 7.825 degrés Est

Re: mon fil spécial pour mes profs adorés

Post by leo » 06 Jul 2014 15:33

merci de vos réponses, comprenez bien que je ne cherche absolument pas à la plaindre (ni moi, bien que cela nous face du souci) plutôt une recherche d'expérience et éventuellement de conseils...
le Travail c'est bien une maladie, puisqu'il y a une Médecine du Travail (Coluche)

User avatar
Sisyphe
Freelang co-moderator
Posts: 10386
Joined: 08 Jan 2004 19:14
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico

Re: mon fil spécial pour mes profs adorés

Post by Sisyphe » 06 Jul 2014 18:35

:roll: Je me sens moyennement légitime pour donner des conseils concernant le primaire : c'est un autre métier, avec ses problématiques propres, non seulement du fait de l'âge de gamin, mais surtout, à mes yeux, du fait qu'on a les mêmes toute la journée tout le temps. La relation au temps est fondamentalement différente...

Je dirais :
- Avant tout, avoir le maximum d'informations dès avant la prise du poste ; l'idéal est d'avoir pu discuter avec les collègues titulaires, sauf qu'à cette date, ils sont déjà tous en vacances.
- Ensuite, ritualiser à mort.... C'est une chose que les instit' savent bien faire en général. Le problème de ce type de gamins est qu'il n'ont aucune conscience des implicites d'une classe. Il ne savent pas ce qu'est l'école ni comment cela est supposé fonctionner (et ce jusqu'au lycée : ce n'est pas seulement qu'ils fassent du bruit, c'est qu'ils ne comprennent même pas, d'assez bonne foi, pourquoi ils se tairaient) ; ne pas oublier que leurs parents, ou bien n'ont pas connu le système scolaire du tout, ou bien ne l'ont connu eux-mêmes que sur un mode conflictuel, négateur. Donc : ritualiser, poser la vie de classe au centre même de tout le travail, ne rien préparer sans se demander "et pendant ce temps-là, comment et grâce à quoi je les tiens ?" quitte à poser l'objectif pédagogique (ma relation aux élèves, mon calme, mon silence, ma survie) avant l'objectif didactique (ce que je vais leur apprendre) - donc en gros : faire au primaire du boulot de maternelle, et ainsi de suite... :cry: C'est le plus douloureux en réalité.
- Principe du bouledogue : ne rien lâcher, jamais, jamais, jamais. On ne menace pas de punir, on punit. Même quand cela semble ne pas marcher, que les problèmes se répètent à l'identique tous les jours, qu'on n'a l'impression de ne pas les tenir, en réalité le seul fait de résister est une chose énorme, pour les gamins eux-mêmes. On est parfois le seul "mur" qu'ils rencontreront jamais, donc il faut se faire brique, le plus ontologiquement possible.
- Faire des choses simples, pédagogiquement parlant - donc oublier les envolées créatives de l'IUFM qui peuvent être parfois intéressantes dans l'absolu , mais qui font les perturber parce qu'ils n'en comprendront pas la finalité. Des exercices dont ils connaissent la nature et dont leurs parents reconnaîtront la nature. Certains actes (comme la dictée) ont une valeur didactique certes discutable mais une valeur pédagogique plus nette : pendant ce temps-là, au moins, ils "savent ce qui se passe". Mieux vaut, démagogiquement, faire une dictée de trois niveaux inférieure où ils auront de bonnes notes (quitte à la sous-coefficienter, mais là je parle déjà en prof de collège), que de se lancer dans un atelier "ascendant" à douze composantes et six codes de couleurs où ils vont "construire leur savoir" par une méthode "intuitive" menant à une "auto-correction des préreprésentations" par une "problématisation" dans une "interaction semi-autonome entre apprenants", et qui va terminer dans le chahut le plus absolu et le maître caché sous le bureau ou courant chez le directeur en abandonnant la classe... Au moins au début de l'année !

Ah oui : se reposer et dormir... Bon, là je suis encore moins légitime :shy:
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)

User avatar
leo
Membre / Member
Posts: 19565
Joined: 07 Oct 2005 17:47
Location: Latitude 48.662 degrés Nord - Longitude 7.825 degrés Est

Re: mon fil spécial pour mes profs adorés

Post by leo » 06 Jul 2014 19:05

:jap: merci Sys... punaise, ça craint votre métier...
le Travail c'est bien une maladie, puisqu'il y a une Médecine du Travail (Coluche)

User avatar
leo
Membre / Member
Posts: 19565
Joined: 07 Oct 2005 17:47
Location: Latitude 48.662 degrés Nord - Longitude 7.825 degrés Est

Re: mon fil spécial pour mes profs adorés

Post by leo » 06 Jul 2014 22:06

Sisyphe wrote:- comment et grâce à quoi je les tiens ?" quitte à poser l'objectif pédagogique (ma relation aux élèves, mon calme, mon silence, ma survie) avant l'objectif didactique (ce que je vais leur apprendre)
- principe du bouledogue : ne rien lâcher, jamais, jamais, jamais. On ne menace pas de punir, on punit
question de Laure qui pour une fois a accepté de te lire... :lol: comment on punit efficacement ?
le Travail c'est bien une maladie, puisqu'il y a une Médecine du Travail (Coluche)

User avatar
Sisyphe
Freelang co-moderator
Posts: 10386
Joined: 08 Jan 2004 19:14
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico

Re: mon fil spécial pour mes profs adorés

Post by Sisyphe » 07 Jul 2014 12:39

leo wrote:
Sisyphe wrote:- comment et grâce à quoi je les tiens ?" quitte à poser l'objectif pédagogique (ma relation aux élèves, mon calme, mon silence, ma survie) avant l'objectif didactique (ce que je vais leur apprendre)
- principe du bouledogue : ne rien lâcher, jamais, jamais, jamais. On ne menace pas de punir, on punit
question de Laure qui pour une fois a accepté de te lire... :lol: comment on punit efficacement ?
:roll: Là encore, il y a des pratiques propres au primaire (le martinet... Je plaisante), donc, il faudrait qu'un véritable instituteur de choc occitanophone et musico-bretoniste te réponde (il est en vacances) ; mais dans le principe, une punition doit être :

1. Emm*dante, sinon ce n'est pas une punition ! Il faut trouver ce qui les embêtent réellement. Dans mon cas, faire du "chantage à la montre" (je ne termine pas mon cours tant que je n'ai pas le silence dussé-je déborder de cinq minutes - ce qui leur fait rater leurs bus) est encore le plus efficace. Faire copier des lignes pendant les cours (ce qui est courant au primaire il me semble) peut être une erreur dans ce genre de classes : les gamins préfèrent faire une tâche dont ils comprennent la nature et qui est cognitivement moins fatigante que de participer à un cours qu'ils ne comprennent pas et qui donc est pour eux une souffrance. Comme il n'y a pas d'heures de colle au primaire, je pense que Laure va devoir apprendre à sacrifier ses récréations.

2. Un minimum pédagogique. Il faut que la punition appartiennent encore au monde de l'école, que nous soyons encore des enseignants et des porteurs de savoir à leur yeux au moment où nous donnons, surveillons et le cas échéant évaluons la punition. À mes yeux c'est essentiel, sinon, nous ne sommes plus que des garde-chiourme (or pour ces gamins-là, l'école est d'abord une violence institutionnelle - ils sont incapable de discerner entre violence légitime - la définition de l'Etat, dont nous sommes les représentants - et violence arbitraire). Perso, étant prof de français, je préfère les verbes à conjuguer (et si possible toujours un verbe irrégulier, et en colle j'apporte moi-même le Bescherelle) aux lignes à copier bêtement. J'ai fait des heures de colle qui se sont transformées en véritables cours particuliers de grammaire, et avec certains élèves, c'est la seule fois dans l'année (mais il n'y avait pas la classe, ils n'étaient plus tenus de jouer les gros durs) où ils m'ont accepté comme enseignant.

3. Graduelle. On ne sort pas l'arme atomique (12 heures de colle pour un bavardage) tout de suite. Il faut qu'il y ait une échelle dans les sanctions, comprise par les élèves, afin : a) Qu'ils saisissent eux-mêmes la gravité de la faute (j'insiste : plus ils sont petits et moins ils ont conscience des règles de classe, et en ZEP c'est encore plus dramatiquement vrais : puisqu'ils insultent leurs amis et parfois leurs parents, pourquoi ne pourraient-ils pas insulter le maître ? Et d'ailleurs "vous fesez ch** c'est pas une insulte Monsieur" - authentique) ; b) De pouvoir se laisser une marge de manoeuvre s'ils n'ont pas fait la punition (ce qui sera forcément le cas la première fois, ils testent).

Et avoir un carnet, un cahier, un classeur, un logiciel informatique, voire des feuillets remplis d'avance, enfin un truc pour gérer soi-même ses punitions, et savoir ce qu'on a donné dans quelle quantité à qui pour quand - à ritualiser là-aussi. Je vous dirai pas le mien, mais il est très célèbre dans mon lycée... :lol:
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)

User avatar
leo
Membre / Member
Posts: 19565
Joined: 07 Oct 2005 17:47
Location: Latitude 48.662 degrés Nord - Longitude 7.825 degrés Est

Re: mon fil spécial pour mes profs adorés

Post by leo » 07 Jul 2014 14:06

re merci Sisyphe, pour l'instant c'est galère... la lettre à l'inspection a ouvert une voie vers une autre école.. 2 niveaux avec direction... bon, elle fait la gueule !

édit: elle a accepté, ouf, :D 45km de trajet quand même... bon, autoroute...
le Travail c'est bien une maladie, puisqu'il y a une Médecine du Travail (Coluche)

User avatar
leelou
Membre / Member
Posts: 4052
Joined: 29 Nov 2003 05:53
Location: Belgique

Re: mon fil spécial pour mes profs adorés

Post by leelou » 07 Jul 2014 20:08

J'ai envie de dire : faut savoir ce qu'elle veut... surtout que si elle fait une réclamation à l'inspection, elle savait qu'elle pouvait être mutée ailleurs et pas spécialement dans de meilleures conditions, non ?
Mais tant mieux qu'elle ait fait un choix et qu'elle s'y tient.

Une autre question que je me pose : si je comprend bien elle enseigne depuis 7 ans et elle ne sait pas comment punir ?
Quand tu te lèves le matin, remercie pour la lumière du jour, la nourriture et le bonheur de vivre. Si tu ne vois pas de raison de remercier, la faute repose en toi-même.
Tecumseh, chef shawni

User avatar
leo
Membre / Member
Posts: 19565
Joined: 07 Oct 2005 17:47
Location: Latitude 48.662 degrés Nord - Longitude 7.825 degrés Est

Re: mon fil spécial pour mes profs adorés

Post by leo » 07 Jul 2014 20:43

leelou wrote:J'ai envie de dire : faut savoir ce qu'elle veut... surtout que si elle fait une réclamation à l'inspection, elle savait qu'elle pouvait être mutée ailleurs et pas spécialement dans de meilleures conditions, non ?
tu as raison, mais la demande de réaffectation a été faite après le deuxième mouvement, là on avance, mais elle a toujours besoin de quelqu'un pour la forcer à agir, ou à être rassurée...
leelou wrote:Une autre question que je me pose : si je comprend bien elle enseigne depuis 7 ans et elle ne sait pas comment punir ?
tu saurais toi ? :lol: les lignes à recopier, le coin, la privation de récré ça n'a pas l'air de les affecter de trop, plus loin tu ne peut pas plus aller... ahhh du temps de ma jeunesse, les profs en avaient des latitudes... :loljump:
le Travail c'est bien une maladie, puisqu'il y a une Médecine du Travail (Coluche)

User avatar
leelou
Membre / Member
Posts: 4052
Joined: 29 Nov 2003 05:53
Location: Belgique

Re: mon fil spécial pour mes profs adorés

Post by leelou » 07 Jul 2014 21:00

Clair et net, avant, le prof avait du pouvoir.
Je ne suis pas prof, donc je n'apprends pas comme eux, mais on nous apprends tout de même à punir au mieux.
Les lignes à recopier ne servent à rien du tout, le coin ca doit dépendre de l'âge et du nombre de fois que cela a déjà été appliqué, la récré ca peut en affecter encore pas mal.
Mais c'est sur que contrairement aux profs, j'ai une marge : je peux continuer à négocier et discuter avec eux pour leur faire comprendre la portée de leurs actes pendant que le prof continue son cours (si on est dans une classe primaire), mais tout ce que je dis Sysiphe me parait purement logique et j'ai appliqué certaines de ces méthodes au besoin.
Je crois que le "pire", c'est que je me trouve souvent dans l'extrascolaire alors les enfants en ont encore plus rien à carrer de la madame. Ils oublient souvent qu'on a aussi droit à l'autorité sur eux :lol:
Quand tu te lèves le matin, remercie pour la lumière du jour, la nourriture et le bonheur de vivre. Si tu ne vois pas de raison de remercier, la faute repose en toi-même.
Tecumseh, chef shawni

User avatar
leo
Membre / Member
Posts: 19565
Joined: 07 Oct 2005 17:47
Location: Latitude 48.662 degrés Nord - Longitude 7.825 degrés Est

Re: mon fil spécial pour mes profs adorés

Post by leo » 07 Jul 2014 23:02

alors... je vais te raconter mon expérience de "papa" assistante maternelle :lol:

les deux premiers, grave, ils ont même pas fait trois jours, ils demandaient à Jacqueline de porter leur sac d'école, genre "tu es payée pour ça" ! bon, moi ça n'a pas fait un pli...
les suivants... peut être une année, un garçon et une fille, gentils au demeurant mais sans aucune éducation, ils étaient relativement sages, bornés aussi, mais quelques cassages de carreau de salle de bain, un système de volet roulant démoli, j'ai finit par dire stop !
le dernier, un scoop à lui tout seul ! tête de mule, refuse en général tout, la tête carrément dans l'assiette... parents en instance de divorce, le gars complètement à la ramasse, le pauvre, mais moi j'en pouvait plus... un jour de trop, il était tétanisé sur le tapis et je l'ai secoué (juste un peu)... le papa qui m'appelle, ouiii je suis avocat à la cour européenne, vous allez voir ! je lui ai répondu sèchement de venir chercher son gamin et basta... mon expérience de "papa" assistante maternelle c'est arrêté là !

je remarque dans cette expérience que les parents sont horriblement déficients, nous avons réussit à les sociabiliser, à les faire parler, à jouer et raconter des histoires, c'est bien dommage d'en être arrivé à cet échec, mais on ne peut pas remplacer indéfiniment les parents, au risque de compromettre notre propre vie :-?
le Travail c'est bien une maladie, puisqu'il y a une Médecine du Travail (Coluche)

User avatar
leelou
Membre / Member
Posts: 4052
Joined: 29 Nov 2003 05:53
Location: Belgique

Re: mon fil spécial pour mes profs adorés

Post by leelou » 08 Jul 2014 07:45

je remarque dans cette expérience que les parents sont horriblement déficients, nous avons réussit à les sociabiliser, à les faire parler, à jouer et raconter des histoires, c'est bien dommage d'en être arrivé à cet échec, mais on ne peut pas remplacer indéfiniment les parents, au risque de compromettre notre propre vie
C'est bien pour ca que je ne veux pas faire assistante maternelle à domicile, pas de possibilité de diviser au mieux le privé du professionnel. Je préfère de loin les crèches ou les écoles. Ou alors louer un local extérieur, mais ca revient à des couts en plus... ici les accueillantes à domiciles ont un très mauvais statut (et paie).

Les parents sont pour la plupart totalement démissionnaires et c'est là notre difficulté du moment (pour les métiers de l'enseignement ou de garde). Ce n'est pas facile de "tout" faire en tentant d'impliquer les parents au mieux et sans pour autant prendre leur place... Tout un art quoi surtout quand les parents ne sont pas du tout collaborant ni partenaire.
Mais j'aime mon métier :)
Quand tu te lèves le matin, remercie pour la lumière du jour, la nourriture et le bonheur de vivre. Si tu ne vois pas de raison de remercier, la faute repose en toi-même.
Tecumseh, chef shawni

Post Reply