Aumône: français > français

Venez tous :o) ... blabla, coup de gueule, délire... Faut que ça bouge!!
Post Reply
User avatar
Chocolat
Membre / Member
Posts: 3261
Joined: 03 Oct 2012 17:16

Aumône: français > français

Post by Chocolat » 15 Nov 2013 22:56

Oui je suis pointilleux :lol:

J'aimerais avoir votre avis sur un détail de la langue française, à l’interprétation et au sens que l'on peut donner au mot aumône.

Mon vieux dictionnaire dit: ce que l'on donne aux pauvres par charité, du latin alemosina, du grec eleêmosunê, "compassion"; almosne.

On a coutume de donner à une personne qui fait l’aumône (qui demande l’aumône?) de l'argent; c'est d’ailleurs ce que cette personne demande/attend en général, elle s'attend à recevoir de l'argent et pas un grille-pain, 13 mètres de galva de 3.5 ou un mogwai qui aurait mangé après minuit.. nul besoin de préciser la demande mais...

Ma question est toute bête, étymologiquement, sémantiquement, grammaticalement, peut-on dire que l’aumône implique intrinsèquement et exclusivement une transaction pécuniaire?

Je ne parle pas là de mendicité, de racolage, de faire la manche... je parle de ce terme précis qui est l’aumône.

:prof: ?

Help me please :jap:

User avatar
ElieDeLeuze
Membre / Member
Posts: 4001
Joined: 08 Jun 2005 00:20
Location: Lörrach

Re: Aumône: français > français

Post by ElieDeLeuze » 15 Nov 2013 23:22

Non, c'est un don matériel. L'argent en devient le vecteur, donc c'est une aumône aussi, mais c'est n'importe quel don pour le bien être matériel de celui envers qui on ressent le sentiment décrit étymologiquement par le terme. La part du pauvre participe d'ailleurs de cette même tradition.
www.rtr.ch - Tgi che sa rumantsch sa dapli

User avatar
Sisyphe
Freelang co-moderator
Posts: 10343
Joined: 08 Jan 2004 19:14
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico

Re: Aumône: français > français

Post by Sisyphe » 16 Nov 2013 01:51

Il me semble qu'il y a trois "traits" sémantiques caractéristiques dans le mot aumône

1. D'abord l'idée de don envers le pauvre, mu par la compassion supposée par l'étymologie, comme l'a rappelé Elie.
2. Ensuite l'idée, également rappelée par Elie, d'un don matériel ; les exemples archaïques donnés par Littré sont éclairants : une somme aumônée aux hôpitaux, En jurisprudence féodale, aumônes fieffées, terres tenues en franche aumône, terres qui relèvent en franche aumône, terres et rentes données à l'Église par le roi ou par quelque seigneur, sans autre obligation que de reconnaître qu'on les tenait de celui qui les avait données.
3. Enfin, l'idée que le don procède d'une pratique plus ou moins institutionnelle, généralement cultuelle ou culturelle, et ces mêmes exemples le disent bien : l'aumône, c'est la pratique instituée de "gestion de la pauvreté" par l'Eglise et/ou le pouvoir seigneurial. La charité est un concept plus large (c'est l'élan intérieur qui me pousse à donner). D'où son lien avec l'aumônier, prêtre adjoint dont le premier rôle a été de gérer les aumônes.

De ce dernier point naît aussi le fait que le mot soit vieilli : l'idée de l'aumône va avec l'idée - qui a encore quelques défenseurs - que la pauvreté et les pauvres sont une sorte de fatalité, voulu par le plan divin, qu'on peut gérer, mais certainement pas réduire : le pauvre est pauvre par essence. On ne reconnaît au pauvre que le droit minimal à la perpétuation de son existence corporel (d'où la "part du pauvre" mentionnée par Elie).
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)

User avatar
Chocolat
Membre / Member
Posts: 3261
Joined: 03 Oct 2012 17:16

Re: Aumône: français > français

Post by Chocolat » 16 Nov 2013 21:18

Merci mile fois à vous deux. Grace à vous ma compréhension s'aiguise. :god:

Post Reply