LokaNova et Freelang

Map It is currently 24 May 2017 11:49

All times are UTC + 1 hour [ DST ]




Post new topic Reply to topic  [ 6 posts ] 
Author Message
PostPosted: 02 Mar 2013 00:31 
Offline
Membre / Member
User avatar

Joined: 05 Aug 2007 09:58
Posts: 3868
Location: Laval, Québec, Canada
Note du modérateur : hors-sujet né ici viewtopic.php?f=1&t=25484&start=690


Qu'on m'en pardonne, ce post ne répond pas à demande de Joey (je ne sais d'ailleurs pas qui est cette dame) mais à une affirmation de Sisyphe.
Sisyphe wrote:
:nono: Sur Casta diva on ne dépasse pas la Callas. Pas possible.

Désolé d'avoir des réserves... Voici Casta Diva par Maria Callas. Musicalement, l'interprétation est effectivement très difficile à surpasser, c'est indéniable. Et ce n'est pas peu dire parce que tout le rôle de Norma, et particulièrement cette prière, est reconnu comme un sommet du Bel Canto et un des plus exigeants de tous les rôles pour soprano. Rares d'ailleurs sont les soprani qui l'ont vraiment réussi et Callas en est une.

Mais l'opéra n'est pas qu'interprétation de chant, il est aussi théâtre. Et ici mes réserves sont les mêmes que celle de Toscanini ni n'aimait pas trop la Callas justement pour cette raison. Dans la vidéo proposée ci-dessus Maria Callas est ...Maria Callas. Et c'est la seule, vraiment la seule, faute que je lui reproche : elle devrait être Norma, pas Callas. Elle interprète cette superbe musique à la perfection, mais elle n'interprète pas Norma. C'est Callas chantant ; ce n'est pas Norma priant. Quand un acteur prend un rôle, l'acteur doit disparaître pour qu'apparaisse le personnage. On n'observe rien de tel dans cette vidéo : on y voit une Callas incapable de retenir un sourire de satisfaction et de fierté. Fierté méritée, je n'en doute pas, surtout quand on connaît ses origines. Mais cette fierté NE PEUT PAS convenir à Norma qui, à ce moment, vit dans la honte. Je ne veux en rien diminuer non seulement l'extraordinaire talent de Callas mais aussi son édifiant courage. Celui-ci lui a valu d'être un des trois "Vilains petits canards" de Cyrulnik pour appuyer son concept de résilience psychologique. Cependant, son succès se lit trop dans cette vidéo, non seulement dans son sourire satisfait d'elle-même mais aussi dans ses riches oripeaux et se bijoux étincelants ; la grande Prima Donna cache la Grande Prêtresse. C omme tu disais de la Mimi : “on ne guérit pas d'avoir été pauvre un jour

L'aria Casta Diva est une prière de la Grande Prêtresse Norma à la Chaste Déesse (la Lune). C'est une prière à la fois humble, sereine et intense par cette prêtresse déchirée d'avoir rompu ses voeux par amour pour Pollione. C'est un rôle EXCESSIVEMENT (j'insiste!) difficile, autant sur le plan théâtral que vocal. Durant la première moitié de l'Aria, Norma est désespérée. Elle implore la Chaste Déesse de tourner vers "nous" (elle ne prie pas que pour elle, mais pour tous les humains qui, comme elle, sont faibles) un visage miséricordieux. C'est une demande de pardon. Cette supplication faite, Norma, soulagée, vit une sorte d'extase, un contact spirituel avec la divinité (entre les deux moitiés de l'aria, durant les vocalises). Puis le ton redevient grave, dramatique même. Norma revient à la supplication. Elle demande à la Déesse de retenir la folie naissante de ses opposants. Elle reconnaît son péché mais implore la déesse de répandre la paix sur terre, en opposition au drame qui se prépare pour elle et Pollione.

La seule interprétation que j'aie trouvée sur Youtube qui rend justice à ce drame est celle de Hasmik Papian. Durant la première moitié de l'aria, pas un sourire, une tristesse très bien retenue comme il sied à la Grande Prêtresse, fille du chef des druides. La posture bien droite, les bras un peu en avant et les mains tournée vers le peuple (presque comme une statue de la vierge Marie) sied bien au rôle de prêtresse. La tristesse paraît dans ce visage, tenant compte de la gymnastique musculaire forcée par cet air qui va du grave au très aigu, du faible à l'intense. À partir de 2:16, son sourire est celui de la période extatique venant du soulagement apporté par sa prière. Observe bien ce sourire quand le visage n'est pas déformé par les difficiles vocalises : il est simple et sans retenue, expression d'une joie intérieure. Une extase, quoi. Visiblement, à ce moment, Papian est Norma ; elle vit ce que vit Norma. Immédiatement après l'extase, le visage redevient triste (à 2:39). Aucun sourire : quand la bouche est étirée c'est visiblement à cause des exigences du chant. Par contre, souvent ce sont les yeux et les sourcils (en accent circonflexe) qui expriment cette tristesse (c'est évident à 3:47). À partir de 5:26, malgré les acclamations frénétiques, elle demeure sobre, triste, réservée, humble pécheresse et noble prêtresse à la fois. Elle baisse les yeux et son geste d'étendre les mains est bien celui d'une qui doit donner au peuple la grâce qu'elle a reçue de la déesse malgré son péché. En aucun moment on ne voit Papian : on ne voit que Norma.

Et ça, pardonne-moi de te contredire, ça dépasse Callas!

_________________
I te rahiraa o te taime, mea pāpū aè te reo ia taì mai i te mafatu, e mea haavarevare roa atoā rä o ia.
La langue est souvent plus éloquente, mais aussi plus trompeuse que le coeur.


Top
 Profile  
 
 Post subject: Qui est-ce?
PostPosted: 02 Mar 2013 09:52 
Offline
Membre / Member
User avatar

Joined: 14 May 2005 21:44
Posts: 6450
Location: LYON (bron)
Anuanua wrote:
Qu'on m'en pardonne, ce post ne répond pas à demande de Joey (je ne sais d'ailleurs pas qui est cette dame) mais à une affirmation de Sisyphe.
Sisyphe wrote:
:nono: Sur Casta diva on ne dépasse pas la Callas. Pas possible.

Désolé d'avoir des réserves... Voici Casta Diva par Maria Callas. !



Le lien ne fonctionne pas chez nous :"Cette vidéo inclut du contenu de INA - Institut National de l'Audiovisuel, qui l'a bloqué dans votre pays pour des raisons de droits d'auteur".

C'est pas grave le deuxième fonctionne bien et c'est super de commencer la journée avec cette interprétation. Merci

_________________
L' ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne ! 


Top
 Profile  
 
PostPosted: 02 Mar 2013 17:31 
Offline
Freelang co-moderator
User avatar

Joined: 08 Jan 2004 19:14
Posts: 10245
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico
Sur le problème de l'équilibre entre perforamance vocale et performance théâtrale, je suis d'accord, évidemment.

Le problème de Maria Callas est qu'elle a assez tôt cessé de faire de la scène pour ne faire que des récitals ; j'ignore à quel enregistrement tu faisais allusion puisque moi non plus je ne parviens pas à le lire (l'INA bloque), mais si c'est celui-ci (très connu, mais pas le meilleur : l'orchestre n'est pas au niveau, le public non plus, et les choeurs sont mous-mous), la question de l'actio dramatique ne se pose pas : ce n'est pas l'opéra. Dans le fond, il existe très peu d'enregistrements de la Callas jouant sur scène.

Mais il faut replacer le débat dans sa dimension historique : le grand mérite de la Callas, c'est d'avoir réimposé l'excellence musicale, dans toute sa technicité, pour ce type de répertoire...

J'ai un peu de mal, en réalité, avec l'opéra italien XIXe et le "un ténor aime une soprano dont la confidente est une alto, et un méchant baryton/basse fait tout pour leur nuire, et à la fins ils meurent en disant qu'ils meurent pendant cinquante minutes" ; mais sans doute, justement, parce que cette exigence est rarement présente... Avec le baroque et la "révolution baroque", les musiciens ont commencé à parler en techniciens, en musicologues, parfois un peu en docteurs de Sorbonne je le reconnais ; mais au moins, on a considéré que la production d'une comédie-ballet de Lully ou d'un opéra de Haendel méritaient un travail d'amont pas seulement "théâtral" (on choisit la pièce, on la répète x temps pour être bien "calés" et on la joue) mais aussi "théorique" (quels types d'instruments, quels formes de voix, d'ornements, de jeux, etc.), sans compter qu'avant 1780, il faut souvent compléter la partoche soi-même (basse continue, etc.). Alors qu'avec le bel-canto : je viens, je joue et avec trois jolies crinolines, un peu de jeu et un joli décor, je passe en prime-time sur France télévision. On tolère finalement encore beaucoup de chose pour ce répertoire qu'on ne tolérerait pas pour un autre.

Quant à la performance théâtrale... Je me demande si dans le fond, nous ne sommes pas devenus plus exigeants - ce qui serait une bonne chose du reste. D'abord parce que, grâce à des cantatrices comme la Callas justement (mais pas qu'elle), on attend désormais qu'une voix ait une âme : il y a de l'émotion dans son interprétation, même si ce n'est pas la bonne comme tu le dis (mais encore une fois : c'est un récital, pas l'opéra complet, cela modifie l'attente). Ensuite parce que, tout simplement, le cinéma et la télévision nous ont habitués à des comédiens "castés", devant correspondre physiquement et dramatiquement, au rôle. On n'admet plus - moi le premier - la cantatrice de 110 kg presque immobile et l'air de penser à sa facture de gaz chantant "soi un' dolce farfalla" dans Madame Butterfly...

Bref : je suis d'accord pour dire que, rapporté à la balance "jeu/voix", ton enregistrement est meilleur que celui de la Callas, qui reste supérieur en valeur absolue sur le seul critère "voix". Mais il n'y aurait pas de Hasmik Papian s'il n'y avait eu la Callas.

Et je pense la même chose de Karajan : il n'a effectivement jamais "vu" le baroque ; mais il a replacé l'exécution musicale dans une certaine exigence théorique qui a permis ensuite que la génération suivante déplace à son tour le problème sous l'angle historico-musicologique.

_________________
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)


Top
 Profile  
 
PostPosted: 02 Mar 2013 17:57 
Offline
Membre / Member
User avatar

Joined: 08 Jun 2005 00:20
Posts: 3958
Location: Lörrach
Le titre est idiot, il n'y a pas d'autre cantatrice que la Callas. Des chanteuses oui, des lyriques sans doute, mais des cantatrices, non. :shy:

_________________
www.rtr.ch - Tgi che sa rumantsch sa dapli


Top
 Profile  
 
PostPosted: 19 Apr 2013 19:39 
Offline
Membre / Member
User avatar

Joined: 07 Oct 2005 17:47
Posts: 19565
Location: Latitude 48.662 degrés Nord - Longitude 7.825 degrés Est
et la
Attachment:
castafiore.jpg


alors... :loljump:

_________________
le Travail c'est bien une maladie, puisqu'il y a une Médecine du Travail (Coluche)


Top
 Profile  
 
PostPosted: 03 Apr 2016 23:25 
Offline
Freelang co-moderator
User avatar

Joined: 08 Jan 2004 19:14
Posts: 10245
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico
:roll: Dans mon enthousiasme déterrant (mais je suis un revenant, donc un déterré), je me suis souvenu de ce débat, et j'aimerais vous conseiller l'excellent numéro de la série Duels de France 5 consacré à la concurrence entre la Callas et Tebaldi :

https://www.youtube.com/watch?v=vA9ogTfh_-Y

(D'une façon générale, c'est une excellente série documentaire :-o - sauf la phase de présentation potichoïde :-? )

D'une certaine façon, c'est assez glaçant.

_________________
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)


Top
 Profile  
 
Display posts from previous:  Sort by  
Post new topic Reply to topic  [ 6 posts ] 

All times are UTC + 1 hour [ DST ]


Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest


You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot post attachments in this forum

Search for:
Jump to:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group