Latin -> Français

Bienvenue sur le forum Freelang.com !

Moderators: didine, Beaumont, Sisyphe, kokoyaya

Post Reply
laoban
Membre / Member
Posts: 5
Joined: 21 Sep 2016 14:40
Location: À l'ombre du tilleul

Latin -> Français

Post by laoban » 24 Sep 2016 16:10

Bonjour,

« Christophori subjectum humeris Christum adspicit omnis :
Spes tamen haud Christo ast Preside Christophoro est. »


Quelqu'un peut me donner une traduction en bon français de cette phrase qui figure sous une gravure du XVe siècle ?

Cordialement,

Laoban

User avatar
Sisyphe
Freelang co-moderator
Posts: 10475
Joined: 08 Jan 2004 19:14
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico

Re: Latin -> Français

Post by Sisyphe » 24 Sep 2016 16:54

"Chacun contemple le Christ porté sur / soumis à l'épaule de <Saint> Christophe ; pourtant l'espoir n'est pas pour le Christ, mais pour <Saint> Christophe son protecteur".

J'imagine que la gravure représente Saint Christophe portant l'enfant Jésus sur l'épaule pour lui faire traverser la rivière, ce qui est d'ailleurs le sens même de son nom (Christo-phoros). Je comprends la seconde moitié de la phrase de la façon suivante : en apparence, c'est l'enfant Jésus qui est "protégé" par l'adulte qui l'empêche de se noyer, mais en réalité c'est le Saint qui est honoré d'être choisi par le Christ.

J'ai l'impression que le paradoxe se retrouve dans la première moitié : le verbe "subicio" signifie à la fois "hisser sur" ("equum subicere = monter à cheval") et "soumettre".
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)

laoban
Membre / Member
Posts: 5
Joined: 21 Sep 2016 14:40
Location: À l'ombre du tilleul

Re: Latin -> Français

Post by laoban » 28 Sep 2016 10:43

Bonjour et merci pour ta réponse.

La gravure représente bien Christophe portant l'Enfant Jésus au milieu de la rivière avec en outre de nombreux spectateurs contemplant la scène.
Cf. l'image sur le site du Rijksmuseum d'Amsterdam : http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.129511

Le sens est donc probablement celui-ci :
Chacun contemple le Christ sur les épaules de Christophe qui lui est soumis, pourtant l'espoir n'est pas porté au Christ, mais à Christophe son protecteur.
À cette époque, saint Christophe est presque plus populaire que Jésus lui-même ; il est adoré pour ses vertus apotropaïques (mort subite et peste).

Qu'en penses-tu et quoi de neuf à Nevers ? :D

User avatar
Sisyphe
Freelang co-moderator
Posts: 10475
Joined: 08 Jan 2004 19:14
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico

Re: Latin -> Français

Post by Sisyphe » 30 Sep 2016 13:18

Le "subjectum" est bien accordé à "Christum", donc ce n'est pas Saint Christophe mais bien le Christ qui est "juché" (c'est toutefois assez bizarre d'avoir choisi ce verbe dont le sens le plus courant n'est pas celui-là, ç'aurait été plus clair avec "tractum" ou "portatum"). Pour l'interprétation de la seconde ligne, c'est une possibilité... Mais cette proposition tendrait à la critique du culte du saint, non ? Certes, c'est un sujet courant dans la littérature protestante, mais l'image ne semble pas du tout mettre en cause l'adoration à Saint Christophe, bien au contraire.

En latin, la tourne "aliquid est + datif" ("quelque chose est à X") est une expression naturelle de la possession (mihi est liber = un livre est à moi = je possède un livre). Donc on a bien l'équivalent ici de "Spem habet Christophorus".

Si l'on suit la légende de Voragine (telle que gentiment résumée par wikipedia, je l'avoue ;) ), la traversée de l'enfant Jésus et le miracle qui s'ensuit correspondent bien à une "attente" de Christophe devenu ermite. D'où mon interprétation.

Quoique le duché et la (franche) comté de Bourgogne aient été réunifiés récemment, je n'ai jamais vu Nevers : les armes sont similaires, encore que le lion comtois soit souvent, mais non toujours, couronné, ce qui n'est pas le cas du mien
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)

laoban
Membre / Member
Posts: 5
Joined: 21 Sep 2016 14:40
Location: À l'ombre du tilleul

Re: Latin -> Français

Post by laoban » 05 Oct 2016 16:01

Merci pour ces précisions grammaticales.

Pour ce qui est du sens de l'estampe, à l'époque (XVIe-XVIIe s.), le milieu humaniste au sens large (d'Érasme à Luther) n'est pas le seul à fustiger le culte populaire de saint Christophe. Ainsi, le théologien Molanus qui a influencé la Contre-Réforme écrit dans son Traité des saintes images (1594) : « Même si la peinture qui les représente [Christophe et l'Enfant Jésus] doit être comptée parmi celles dont la simplicité du peuple reconnaît la probabilité, pour les hommes compétents, elle n'en a guère, voire pas du tout ; aussi ne doivent-ils pas contribuer à la répandre ».

Personnellement, je vois dans cette image et sa légende une vision sarcastique du culte populaire.

Cordialement,

Post Reply