Grec ancien : cas de l'attribut de l'infinitif dans une indépendante

Bienvenue sur le forum Freelang.com !

Moderators: didine, Beaumont, Sisyphe, kokoyaya

Post Reply
Achille
Membre / Member
Posts: 60
Joined: 06 Apr 2017 08:26
Location: France

Grec ancien : cas de l'attribut de l'infinitif dans une indépendante

Post by Achille » 25 May 2018 19:46

Bonjour,

Dans une proposition principale ou indépendante telle que :
Ἄδικον τὸ λυπεῖν τοὺς φίλους ἑκουσίως.
L'attribut (Ἄδικον) de l'infinitif τὸ λυπεῖν est-il au nominatif neutre ou à l'accusatif neutre (comme dans les propositions complétives infinitives) ?

Je vous remercie de cet éclaircissement.

User avatar
Sisyphe
Freelang co-moderator
Posts: 10475
Joined: 08 Jan 2004 19:14
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico

Re: Grec ancien : cas de l'attribut de l'infinitif dans une indépendante

Post by Sisyphe » 25 May 2018 19:58

Achille wrote:
25 May 2018 19:46
Bonjour,

Dans une proposition principale ou indépendante telle que :
Ἄδικον τὸ λυπεῖν τοὺς φίλους ἑκουσίως.
L'attribut (Ἄδικον) de l'infinitif τὸ λυπεῖν est-il au nominatif neutre ou à l'accusatif neutre (comme dans les propositions complétives infinitives) ?

Je vous remercie de cet éclaircissement.
Les propositions subordonnées infinitive et les infinitifs substantivés n'ont rien à voir.

Un infinitif substantivé est d'abord et bêtement un substantif (comme en français : le boire et le manger, le goûter, le savoir-vivre) : l'attribut est au même cas, genre et nombre que le sujet. Comme ici le sujet est au nominatif, alors l'attribut est au nominatif (neutre puisque τὸ λυπεῖν est un nominatif).

Ἄδικὀν <ἐστι> τὸ λυπεῖν τοὺς φίλους ἑκουσίως.
Injuste <est> le fait de chagriner les amis volontairement
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)

Achille
Membre / Member
Posts: 60
Joined: 06 Apr 2017 08:26
Location: France

Re: Grec ancien : cas de l'attribut de l'infinitif dans une indépendante

Post by Achille » 25 May 2018 20:47

Je vous remercie.

Dans la proposition indépendante suivante, l'infinitif n'étant pas substantivé, je suppose que les mots Αἰσχρὸν, πτωχὸν et ἀσθενῆ sont à l'accusatif :
Αἰσχρὸν γενέσθαι πτωχὸν ἀσθενῆ θ' ἅμα.
Αἰσχρὸν me paraît attribut de l'infinitif (Honteux [est] devenir...) : S'agit-il bien d'un accusatif neutre ? Mais le cas d'ἀσθενῆ me conduit à penser que πτωχὸν serait, comme lui, un accusatif masculin. Est-ce exact ? Ces mots se rapporteraient-ils à ἄνθρωπον sous-entendu ?

User avatar
Sisyphe
Freelang co-moderator
Posts: 10475
Joined: 08 Jan 2004 19:14
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico

Re: Grec ancien : cas de l'attribut de l'infinitif dans une indépendante

Post by Sisyphe » 25 May 2018 23:00

Achille wrote:
25 May 2018 20:47
Je vous remercie.

Dans la proposition indépendante suivante, l'infinitif n'étant pas substantivé, je suppose que les mots Αἰσχρὸν, πτωχὸν et ἀσθενῆ sont à l'accusatif :
Αἰσχρὸν γενέσθαι πτωχὸν ἀσθενῆ θ' ἅμα.
Αἰσχρὸν me paraît attribut de l'infinitif (Honteux [est] devenir...) : S'agit-il bien d'un accusatif neutre ? Mais le cas d'ἀσθενῆ me conduit à penser que πτωχὸν serait, comme lui, un accusatif masculin. Est-ce exact ? Ces mots se rapporteraient-ils à ἄνθρωπον sous-entendu ?
Alors : αἰσχρον est bien au nominatif neutre puisqu'il est l'attribut de l'infinitif : "honteux <il est> d'être" ; neutre parce que l'infinitif s'accorde toujours ainsi, et nominatif puisque ledit infinitif est bien dans une indépendante.

En revanche, autour de l'infinitif se développe une proposition infinitive (en prose, elle serait substantivable), et comme telle, son sujet, animé, est à l'accusatif.

On peut "sous-entendre" ἄνθρωπον si cela vous rassure, sans que ce soit nécessaire.

Glosé en "français de version grecque", ça donnerait :
honteux <il est> <un homme> être mendiant et sans force en même temps.

:prof: Remarquez d'ailleurs que c'est le genre de situation où, si l'on voulait compliquer encore et pour impressionner un prof de thème grec, on pourrait mettre un attribut au datif :

Αἰσχρὸν ἀνθρώπῳ γενέσθαι πτωχῷ ἀσθενεῖ θ' ἅμα
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)

Post Reply