Grec ancien : Analyse de ἐκϐλητέον

Bienvenue sur le forum Freelang.com !

Moderators: didine, Beaumont, Sisyphe, kokoyaya

Post Reply
Achille
Membre / Member
Posts: 60
Joined: 06 Apr 2017 08:26
Location: France

Grec ancien : Analyse de ἐκϐλητέον

Post by Achille » 14 Jun 2018 09:26

Bonjour,

Dans la phrase :
Ἀλλὰ καὶ οἴκοθεν εἰ ἐῤῥυθμισμένα παῦρα παρ-εισ-έδυ, ταῦτα οὐχ ἡγησάμην ἐκϐλητέον
Quel est ce mot ἐκϐλητέον ? Je ne parviens pas à l'analyser. Mon dictionnaire me propose ἔκϐλητος, ου , mais pas ἐκϐλητέος, ου .

Je vous remercie de votre aide.

User avatar
Sisyphe
Freelang co-moderator
Posts: 10475
Joined: 08 Jan 2004 19:14
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico

Re: Grec ancien : Analyse de ἐκϐλητέον

Post by Sisyphe » 14 Jun 2018 18:58

:D C'est un adjectif verbal d'obligation ! "Qui-doit-être-[participe passé passif du verbe]"

Le grec est en cela supérieur au latin : le latin n'a qu'un seul adjectif verbal, d'obligation : delenda est Carthago "devant-être-détruite est Carthage".

Le grec lui en a deux :
- D'obligation en -τέος : λυτέος "qui doit être délié, à délier"
- De possibilité en -τος : λύτος "qui peut délié, déliable"

Les deux adjectifs verbaux sont formés sur le radical de l'aoriste passif (dont il faut enlever le -θη) ; donc il faut partir de (ἐκ)βλη-, dans lequel vous avez bien entendu reconnu l'aoriste passif de βάλλω -> ἐβλήθην parce que vous connaissez parfaitement vos 280 verbes irréguliers les plus courants...

Dans la phrase, j'ai l'impression qu'il est utilisé de façon impersonnelle : οὐχ ἡγησάμην ἐκϐλητέον <εἶναι> "je ne pensais pas qu'il fallût rejeter" (latin rejicendum est). En bon thème grec, il faudrait l'accorder à partir du moment où il y a un vrai sujet, il faudrait écrire : οὐχ ἡγησάμην ταῦτα ἐκϐλητέά εἶναι "je ne pensais pas que ces choses dussent être rejetées" (latin : non putabam ea rejicenda esse)... Mais les Grecs sont très mauvais en thème grec.
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)

Achille
Membre / Member
Posts: 60
Joined: 06 Apr 2017 08:26
Location: France

Re: Grec ancien : Analyse de ἐκϐλητέον

Post by Achille » 14 Jun 2018 23:33

Bonsoir,

Vous me faites découvrir une règle que je ne connaissais pas du tout. Je l'ai cherchée et trouvée dans ma grammaire.

Je pressentais d'avoir affaire à une forme de participe, mais je ne parvenais pas à la trouver. Remplacer la terminaison θεις par τεος pour créer un adjectif verbal d'obligation, voilà ce que j'apprends.

Je traduis la phrase ainsi :
Si même un petit nombre de paroles cadencées de chez moi se sont glissées, je n'ai pas cru devoir les chasser.
Je comprends "paroles cadencées" comme des "vers", et "de chez moi" comme "de mon cru".

Merci beaucoup pour cette nouvelle leçon.

User avatar
Sisyphe
Freelang co-moderator
Posts: 10475
Joined: 08 Jan 2004 19:14
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico

Re: Grec ancien : Analyse de ἐκϐλητέον

Post by Sisyphe » 14 Jun 2018 23:42

:) Je n'ai pas le contexte mais la traduction me paraît cohérente. Il s'agit peut-être de ce que l'on nomme des "clausules" (fins de phrases suivant un rythme précis dans de la prose grecque ou latine). Ou si vous êtes toujours dans Lucien, ce peut être effectivement des vers, puisque Lucien aime les "prosimètres" qui mélangent les deux, comme les satires ménippées.
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)

Achille
Membre / Member
Posts: 60
Joined: 06 Apr 2017 08:26
Location: France

Re: Grec ancien : Analyse de ἐκϐλητέον

Post by Achille » 15 Jun 2018 09:52

Ah non, j'ai laissé Lucien pour voir ailleurs.

Je me suis mis à traduire un ouvrage scolaire de la fin du XIX° siècle que j'ai trouvé dans un vide-grenier. La lecture de la préface m'a encouragé à le traduire.

Je cite :
Il m'a toujours semblé que le meilleur moyen de fixer promptement les mots de la langue grecque dans la mémoire des élèves consisterait à leur faire étudier un petit ouvrage qui serait composé avec les Racines grecques...
Le livre est composé de 3 livrets de 17, 14 et 14 pages. L'auteur ajoute :
Quand les élèves auront fait cet exercice sur les deux premiers livres, ils expliqueront sans peine les prosateurs faciles, comme Lucien et Xénophon. Et lorsqu'ils auront vu le troisième livre, ils rencontreront dans Homère bien peu de mots qui leur soient inconnus.
Et enfin, et c'est ce qui m'a fait rêver :
Ainsi se trouvera économisée la plus grande partie du temps qu'ils perdaient à feuilleter leur dictionnaire. Une fois débarrassés de l'étude des mots, ils porteront toute leur attention sur les combinaisons de la phrase. Ils sentiront mieux la perfection du style, et peut-être, avant la fin de leurs classes, trouveront-ils déjà quelque plaisir à lire les excellents ouvrages que les Grecs nous ont laissés dans tous les genres.
Le manuel s'intitule "Petite anthologie contenant les racines de la langue grecque" par A-F Maunoury, librairie Poussielgue.

La page internet http://www.marceljousse.com/wp-content/ ... erinel.pdf a achevé de me convaincre !

On peut le trouver ici : https://www.abebooks.fr/servlet/SearchR ... ats-_-used

Post Reply