Vos pires souvenirs qui vous font aujourd'hui sourire..

Lieu de rencontres et d'entraide, ce forum est dédié aux passionnés des voyages.
Venez échanger vos infos, poser vos questions ou faire part de votre expérience !

Moderator: Beaumont

Post Reply
annap
Membre / Member
Posts: 6
Joined: 15 Mar 2008 23:57

Vos pires souvenirs qui vous font aujourd'hui sourire..

Post by annap » 31 Mar 2008 22:14

On a tous des souvenirs de voyages qui vous font rougir ou éviter ce lieu de honte... Mais qui restent aprés coup vos meilleurs souvenirs...

Raccontez donc ?

Pour ma part, tout dernièrement, au Brésil, ou j'ais chopé une bonne crève (35° à l'ombre - 10° avec la clim' oblige :-)), Je me précipite donc à la pharmacie... Merde, je vais pas gacher mes vacances pour une crève..

Je tentes d'expliquer d'abord en anglais... Je me sens trés seule... Personne ne comprend cette langue étrange... Je me lance alors dans une explication mimée en Portugais... J'avais déjà attiré pas mal de badaud à gesticuler dans tout les sens... Mais le sumum a été quand la pharmacienne a sembler comprendre ce que j'essayais de dire... Et ou elle s'est exclamé constipaccao à l'egard de ses collegues... Je me suis alors mise a crier que non je n'étais absolument pas constipé... Qu'en plus d'avoir la crève, je ne voulais pas avoir la chiasse...

Bon okay, ils ne captaient rien à ce que je disais... Juste ne comprenait pas pourquoi je m'agitait tant...

C'était sans compter le français caché au fond de la pharmacie qui s'est esclaffé de rire... Et m'as expliqué entre deux soubressot la signification de constipaccao...

J'ais fais la rencontre d'un jeune homme fort sympatique... Et cela reste un souvenir mémorable...

A vous...

Anna

User avatar
Beaumont
Admin
Posts: 7040
Joined: 07 Jun 2002 02:00
Location: Thailande
Contact:

Post by Beaumont » 01 Apr 2008 12:13

Bonne idée ce topic. ;)

Dans ton cas puisque c'est linguistique cela aurait pu s'ajouter au topic que nous avons déjà ouvert sur les gaffes culturelles et linguistiques :
viewtopic.php?t=632

Mais on peut continuer ici sur d'autres types de souvenirs !
Time is an illusion. Lunchtime doubly so.

User avatar
Beaumont
Admin
Posts: 7040
Joined: 07 Jun 2002 02:00
Location: Thailande
Contact:

Post by Beaumont » 01 Apr 2008 12:21

Tiens je me rappelle de l'une de mes premières fois en Thaïlande... Un petit bungalow sur une île presque déserte (Ko Samet pour ceux qui connaissent, mais il y a 20 ans déjà), paysage paradisiaque de carte postale... sauf... les cafards énormes qui se baladaient partout dans la chambre !! Je n'étais vraiment pas à l'aise, au point d'avoir dormi tout habillé ! Il faut dire que les modèles d'ici sont costauds, ils peuvent faire 10 cm de long et ils cavalent à toute vitesse. :-o

Aujourd'hui il y a toujours autant de cafards, mais je n'y prête même plus attention... :lol:
Time is an illusion. Lunchtime doubly so.

User avatar
iubito
Membre / Member
Posts: 13061
Joined: 22 Dec 2002 20:31
Location: La belle Verte !
Contact:

Post by iubito » 01 Apr 2008 13:12

La première fois, t'avais le cafard, c'est ça ? :lol:
A+ les cactus !
A izza i ana sacranou
Askaratni kaasoun kaasoun khalidah
Ana mal' anou bihoubbinn raasikhinn
Lan yatroukani abada...

User avatar
Enzo
Membre / Member
Posts: 3238
Joined: 20 Jan 2003 22:12
Location: Lyon

Post by Enzo » 25 Apr 2008 09:40

Il y a exactement un an, je me trouvais en Arménie.
Un très beau pays dont je garde un excellent souvenir, même s'il a fallu s'habituer à des températures très changeantes (de - 2°C à + 30°C en 3 jours),.

La plupart du temps, nous avons logé à Erevan dans un hôtel très chic qui venait d'être entièrement refait. Belle moquette, beaux mobiliers, mais ce décor chic cachait parfois de petits dysfonctionnement, comme la clim qui coule en pleine nuit inondant les affaires qui se trouvent en dessous (ça ne m'est pas arrivé à moi) les toilettes qui ne fonctionent pas, l'ascenseur qui est grand mais refuse de décoller lorsqu'il y a plus de 2-3 personnes dedans.

Je partageais une suite avec 3 autres personnes. La porte de notre suite était une très belle porte en bois, mais elle s'est bloquée, m'enfermant avec un de mes compagnons de chambrée et empêchant les autres de venir se coucher. Il était environ 22 heures et c'était le 24 avril, jour férié en Arménie. Nous avons tout essayé, il fut impossible de débloquer la porte. Le personnel ne pouvait rien faire (il n'a pas le droit de prendre des initiatives). Il a fallu appeler le directeur de l'hôtel qui nous a proposé de voir le lendemain. Mais nous ne voulions pas rester enfermer toute la nuit. Nous étions au 6e étage, et s'il y avait eu un incendie ? Le directeur s'est donc résolu a appeler un dépanneur qui a fini par venir et à minuit et demie, la porte était de nouveau ouverte. Le patron a bien tenté de nous dire que c'était de notre faute, qu'en plus nous avions abîmé la porte en tentant de la débloquer, que cette porte c'était de la qualité puisqu'elle avait été fabriqué à Marseille (les Arméniens adorent la cité phocéenne), déclenchant les rires de tous ceux de notre groupe qui étaient là et venaient majoritairement de la moitié nord française.

Aujourd'hui j'en rigole, mais sur le moment je ne faisait pas tellement le fier...
Yo tengo tantos hermanos
Que no los puedo contar
Y una hermana muy hermosa
Que se llama libertad
(Mercedes Sosa)

CynthIa
Membre / Member
Posts: 4
Joined: 09 Dec 2008 16:39

Re: Vos pires souvenirs qui vous font aujourd'hui sourire..

Post by CynthIa » 09 Dec 2008 16:49

ta 1ère histoire me fait penser à un spot publicitaire, mais alors je sais plus lequel...
en tout cas c'est rigolo :loljump:
moi j'ai eu des problèmes de ce genre en allemagne mais heureusement, ils parlent tous bien anglais :D

User avatar
Tchiorny
Membre / Member
Posts: 62
Joined: 05 Sep 2008 15:09
Location: Belgique
Contact:

Re: Vos pires souvenirs qui vous font aujourd'hui sourire..

Post by Tchiorny » 18 Dec 2008 12:01

Mon pire souvenir de voyage est certainement relatif à une grosse galère mécanique...

A l'époque, me rendais régulièrement en Hongrie et venais de faire l'acquisition d'un C15 diesel d'à peine deux ans. Manque de chance, juste après avoir immatriculé le véhicule, il s'avère que le compteur avait été trafiqué et que le moteur était à l'agonie. S'agissant d'une vente entre marchands, je n'ai aucun recours, si ce n'est de m'en prendre à moi-même pour n'avoir pas insisté pour relever les compressions. Avec un ami mécanicien, on trouve un bloc moteur et une culasse d'occasion et l'on procède à une révision complète pour un prix très raisonnable. Pour le rodage, je décide de passer le week-end à Budapest, les frais de voyage étant couverts par un petit transport à effectuer au retour, pour le compte d'amis musiciens dont la famille est partagée entre la Belgique et la Voivodine. Pour l'occasion, je demande à un ami français de m'accompagner, histoire de pouvoir se relayer au volant.

Pour le retour, nous décidons de faire la route de nuit. Mais un peu après Vienne, c'est la panne ! Non seulement, la culasse d'occasion n'avait pas été démontée dans les règles de l'art, mais de plus, la poulie avait été revissée sur l'arbre à came. Bien sûr, nous aurions dû vérifier que cette poulie était bien serrée au couple nominal, mais rien ne laissait apparaître que le travail avait été bâclé. Pendant que je m'affaire à trouver du secours, mon copilote s'occupe à déguster tranquillement nos victuailles. Deux heures plus tard, la dépanneuse arrive et nous dépose devant la concession Citroën la plus proche, au beau milieu de nulle part. Il ne nous reste donc qu'à dormir en attendant l'ouverture du garage.

A la première heure, les mécaniciens s'affairent pour confirmer mon diagnostic pendant que je négocie avec le chef d'atelier qui promet de s'en tenir au minimum et de me trouver une autre culasse d'occasion, le tout pour un prix raisonnable. Malheureusement, cela prendra quelques jours et je dois me résigner à rentrer en train, prenant en charge le billet de mon copilote qui ne s'inquiète que pour le violoncelle qu'il avait acheté chez mes amis à Budapest, et sur lequel il comptait bien faire un bon bénéfice. Trois semaines plus tard, le garage viennois m'appelle pour me prévenir que mon véhicule est réparé, mais que la facture est dix fois plus élevée que prévu. Et en effet, mon véhicule a été entièrement remis à neuf, dans les moindres détails et sans utiliser une seule pièce d'occasion !

Moralité : ne jamais faire confiance au travail d'un démolisseur, ni aux promesses d'un garage officiel de la marque, et encore moins à un marchand de voitures d'occasion, même si il s'agit d'un véhicule très récent. Mais de ce voyage, je garde aussi le souvenir d'avoir accompli ma mission, qui était de rapatrier quelques violons et un cymbalum, même si j'ai dû m'y reprendre à deux fois pour passer la douane. C'est aussi lors de ce voyage que j'ai goûté du hérisson pour la première fois, une spécialité de la cuisine Romani qui ne se déguste qu'en saison. Quant à mon copilote, il est toujours persuadé d'avoir été en Roumanie et continue de confondre Budapest et Bucarest, ce qui me fait encore sourire...

Post Reply