Des photographies du ghetto de Varsovie retrouvées 80 ans après...

Forum dédié aux débats et informations sur l'actualité de tous les jours, politique, sociale, internet... tout ce qui ne concerne pas directement le forum dans ses nouveautés.
User avatar
Sisyphe
Freelang co-moderator
Posts: 10898
Joined: 08 Jan 2004 19:14
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico

Des photographies du ghetto de Varsovie retrouvées 80 ans après...

Post by Sisyphe »

:roll: Je me laisse rarement atteindre par un sujet du Parisien remontant sur YouTube, mais celui-ci interpelle :

https://www.youtube.com/watch?v=P0fNfOfNUcU
Elle se trouvait parmi d’autres, dans un simple carton... Une pellicule avec des photos uniques du ghetto juif de Varsovie, prises en cachette par un pompier polonais au moment de l'insurrection il y 80 ans et retrouvées dans un grenier, a été présentée mercredi dans la capitale polonaise. « Des photos prises par les Allemands constituent l'essentiel de la documentation photographique de l'Holocauste », ce qui fait qu’« aujourd'hui, nous imaginons le ghetto à travers leurs yeux », a déclaré l'historien de l'Holocauste Jacek Leociak, lors d'une conférence au musée de l'Histoire des Juifs Polin. Du coup, « cette pellicule est un document inestimable car elle dépasse cette perspective allemande (...)
Seules 12 photos de cette pellicule étaient connues jusqu'à présent, mais uniquement sous forme d'empreintes sur du papier de mauvaise qualité, cadrées étroitement, la pellicule elle-même étant longtemps restée introuvable. Il y a six mois environ, les organisateurs de l'exposition à venir, qui connaissaient ces clichés, ont contacté la famille du photographe, dans l'espoir d'en trouver d'autres. Et c'est le fils de Zbigniew, Maciej, qui a retrouvé la vieille pellicule aux bords endommagés dans un carton oublié depuis des décennies, contenant les archives photographiques de son père, mort en 1993
On ne dira jamais assez les trésors incroyables qui peuvent se cacher des archives privées...
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)