Le premier ministre qui parle "avé l'assent"

Forum dédié aux débats et informations sur l'actualité de tous les jours, politique, sociale, internet... tout ce qui ne concerne pas directement le forum dans ses nouveautés.

Moderator: kyliane

Post Reply
User avatar
Dada
Membre / Member
Posts: 2429
Joined: 17 Aug 2005 01:21
Location: La planète bleue

Le premier ministre qui parle "avé l'assent"

Post by Dada »

Vous avez peut-être remarqué que notre nouveau premier ministre Jean Castex a un accent gascon (que je trouve plutôt léger pour ma part). Certains se lâchent sur les réseaux sociaux (oui malheureusement c'est la mode).
Un député veut déposer une proposition de loi contre la glottophobie qu'il qualifie de discrimination comme une autre.
https://www.20minutes.fr/societe/281711 ... ophe-euzet
«C'est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l'écoute pas.» Victor Hugo

User avatar
Sisyphe
Freelang co-moderator
Posts: 10745
Joined: 08 Jan 2004 19:14
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico

Re: Le premier ministre qui parle "avé l'assent"

Post by Sisyphe »

:roll: C'est à peu près le seul charme que je trouve à Emmanuel Macron : il nous ramène aux beaux temps de la troisième République : un premier premier ministre barbu, un autre avé l'assent, et un sens froufroutant de l'alliance entre la carpe et en même temps le lapin, qui rappelle beaucoup de le parti radical des années 20.

Manque que les cannes et les chapeaux.

:evil: Bon, le côté "un fait divers = une loi", c'est parfaitement ridicule.

Le jour où on cassera la gueule à un Gascon parce qu'il se promène dans un quartier non gascon, où on refusera un emploi ou un logement à un Gascon, où on empêchera un Gascon d'entrer dans une boîte de nuit parce qu'il a un physique de Gascon, où des policiers médiocres cibleront des contrôles d'identité sur la base de la prononciation et où les DRH mettront à la poubelle tout CV ayant une adresse située à l'Ouest du cours de la Garonne, on en reparlera.

Quand on accepte de devenir premier ministre, on accepte d'emblée l'idée qu'on va vous caricaturer, vous imiter, vous ridiculiser... La distinction entre la caricature et l'insulte, la 17e chambre correctionnelle a presque un siècle et demi de jurisprudence pour en juger, et largement assez de lois pour le faire.

:D J'attends pour ma part avec impatience un débat entre Jean Casteix et Jean-Michel Apathie. Politiquement, je les méprise tous les deux, mais phonétiquement, j'aurai l'impression d'entre Cyrano (à une virgule près !) :
Écoutez les Gascons*… Ce n’est plus, sous ses doigts,
Le fifre aigu des camps, c’est la flûte des bois !
Ce n’est plus le sifflet du combat, sous ses lèvres,
C’est le lent galoubet de nos meneurs de chèvres !…
Écoutez… C’est le val, la lande, la forêt,
Le petit pâtre brun sous son rouge béret,
C’est la verte douceur des soirs sur la Dordogne,
Écoutez les Gascons : c’est toute la Gascogne !
* en fait, c'est "écoutez, les Gascons"
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)

User avatar
Dada
Membre / Member
Posts: 2429
Joined: 17 Aug 2005 01:21
Location: La planète bleue

Re: Le premier ministre qui parle "avé l'assent"

Post by Dada »

Grosso modo d'accord avec toi. Quand on est un personnage public on est forcément exposé et il faut l'accepter. D'ailleurs dans les différents médias on voit toujours les 2 ou 3 mêmes tweets. Bref, magie des réseaux sociaux, encore un truc monté en épingle.

Par contre en cliquant de lien en lien (magie d'internet encore ;) ) j'ai trouvé une vidéo de promotion d'un livre intéressant.
https://www.youtube.com/watch?v=ZHqbpNPfSBs&t=49s
Et je reste pantois de voir que ce genre d'attitude existe encore. Discrimination à l'agrégation, moqueries, etc. Apparemment cet auteur a recueilli de nombreux témoignages de glottophobie dans la vie professionnelle de tous les jours. J'ai l'impression d'être 100 ans en arrière...
«C'est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l'écoute pas.» Victor Hugo

User avatar
Andergassen
Membre / Member
Posts: 29289
Joined: 12 Nov 2009 15:20
Location: Plein sud/Pôle nord, selon la langue

Re: Le premier ministre qui parle "avé l'assent"

Post by Andergassen »

Vraiment léger, l'accent. Juste une pointe, si on y prête vraiment attention.
On est loin de Vincent Auriol ou de Jacques Duclos.
Omnia si perdas, caligas servare memento

User avatar
Maïwenn
Modératrice Arts & Litté.
Posts: 17190
Joined: 14 Nov 2003 17:36
Location: O Breiz ma bro
Contact:

Re: Le premier ministre qui parle "avé l'assent"

Post by Maïwenn »

Pour moi qui suis du nord de la Loire, c'est bien plus qu'une pointe ! Impossible de ne pas l'entendre. Mais je trouve ça très bien ! Après, c'est sûr que c'est du pain béni pour les imitateurs, et pour les moqueurs qui trouveront toujours quelque chose à redire. Pas la peine d'en faire un fromage non plus !
Penn ar Bed
The end of the land
Le commencement d'un monde

User avatar
Sisyphe
Freelang co-moderator
Posts: 10745
Joined: 08 Jan 2004 19:14
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico

Re: Le premier ministre qui parle "avé l'assent"

Post by Sisyphe »

Maïwenn wrote:
13 Jul 2020 21:36
Pour moi qui suis du nord de la Loire, c'est bien plus qu'une pointe ! Impossible de ne pas l'entendre. Mais je trouve ça très bien ! Après, c'est sûr que c'est du pain béni pour les imitateurs, et pour les moqueurs qui trouveront toujours quelque chose à redire. Pas la peine d'en faire un fromage non plus !
;) Ou alors : si, mais un amou... :shy:
Et je reste pantois de voir que ce genre d'attitude existe encore. Discrimination à l'agrégation, moqueries, etc.
:roll: Les concours de l'enseignement, j'ai un pied dedans, voire deux, ou même plus (pour ce qui en douteraient : je suis un poulpe)... Je ne peux pas garantir que sur quarante agrégations internes et externes chaque année, avec entre un et une vingtaine de sous-jurys de trois personnes à chaque fois il n'y ait pas statistiquement au moins un individu pour avoir un préjugé inconscient qui participe d'une note (toujours mise à trois au moins, avec recomposition régulière des commissions), mais j'ai souvenir que des manuels de préparation, dans plusieurs matières, "débunkaient" déjà le mythe il y a vingt ans : non, on ne refuse pas quelqu'un à l'agreg parce qu'il a l'accent de Toulouse ou de Strasbourg... Des jurés à l'accent coloré, j'en connais aussi.

:roll: Ce qui me semble toutefois garder une pertinence, c'est que la question du niveau de langue (hors prononciation) est assez rédhibitoire (c'est un concours de l'enseignement, c'est dans le référentiel métier) ; et d'expérience, certains préparataires tardent à le comprendre (le cadre universitaire ordinaire est beaucoup plus "tolérant" à la familiarité qu'il y a cinquante ans ; et la relation ordinaire prof/étudiant à la fac (= rien, le vide sidéral, aucun rapport, ne jamais se parler, le geste barrière permanent même quand il n'y a pas d'épidémie) fait que ces candidats-là, logiquement venus de milieux plus populaires, n'ont jamais été repris ni corrigés... avant l'année du concours.

... Et parfois, c'est violent. Même en lettres, vous seriez surpris. :cry: D'où des rancoeurs et des incompréhensions.

Or, il y a effectivement une certaine corrélation entre la correction linguistique (et plus encore : l'autocorrection linguistique) et l'effacement conscient ou inconscient de la prononciation dialectale. Hélas et malheureusement.

Donc : "mécanisme complexe de polystratégie prosodo-énonciative dialectiquement relative à des déterminismes diatropico-diastratique", je dirais oui. Mais "glottophobie", je trouve ça bien excessif encore une fois : notre époque voit des nimportequoiphobes partout.

:) Mais c'est plus long à dire.


*

Pour ma part, la première réaction que j'ai eue, en bon romaniste, c'est de me dire que "Castex" est la forme typiquement gasconne de "castel" (château), illustrant d'ailleurs un des traits ("isologosse", pour les ex-sociolinguistes qui passeraient par là, entre deux crêpes, une émission de radio et trois plats chinois - ou bien entre une calligraphie japonaise et un plat de röstis) les plus caractéristiques du gascon, l'évolution [LL] > [ts/tʃ/ʈ], noté <th>, par exemple bèth "beau" (bellus).

:) Et plus exactement encore, cela m'a fait penser à "la deuna dou castèth" dans cette magnifique chansonnette gasconne intitulée "n'éran tres fraires" (notez "aqueth = aquel", celle-ci) :

N'èran tres fraires
N'an qu'ua sòr a maridar.
L'an maridada
Au mei maishant deu vesiat.
L'a tant batuda
Dab un baston de verd pomèr,

L'a tant batuda
Dab un baston de verd pomèr,
Que l'a sacrada
De la tèsta dinc a son pè.
Sa camiseta
A l'aigueta se'n va lavar.

Mentre que lava,
Tres chivalièrs van arribar.
Hòu, la sirventa !
On ei la dauna deu castèth ?
Soi pas sirventa,
Mès soi la dauna deu castèth.

Soi pas sirventa,
Mès soi la dauna deu castèth
Ditz, ma soreta,
Qui t'a mes dins aqueth estat.
Aquò's, mon fraire,
Lo marit que m'avetz balhat.

Aquò's, mon fraire,
Lo marit que m'avetz balhat.
E donc lo fraire
De cramba en cramba l'a cercat.
D'un còp d'espasa,
la tèsta au maishant a copat.
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)

User avatar
Latinus
Admin
Posts: 23263
Joined: 18 Mar 2002 01:00
Location: complètement à l'Ouest
Contact:

Re: Le premier ministre qui parle "avé l'assent"

Post by Latinus »

Castex a l'air de s'en foutre pas mal... Il me semble important de le préciser.

Pour ma part, n'étant typé ni par l'épiderme ni par l'accent, je peux attester que où que j'aille et dès lors qu'on apprend que je suis belge on est d'abord étonné que je n'aie pas l'accent belge et ensuite il s'en trouve tjrs un qui tente une vague imitation bruxello-liegeoise... Persuadé qu'il est à la fois performant et drôle.
La question qui arrive ensuite est nourrie par l'angoisse de savoir si je peux voter ou non aux présidentielles.

Je ne vois pas pourquoi un personnage public se doit d'accepter par avance ce type de réactions... Comme je n'accepte pas qu'un président de parti politique crache à la gueule d'un journaliste parce que l'accent colorant la question est trop prononcé à son goût.
Les courses hippiques, lorsqu'elles s'y frottent.

User avatar
ElieDeLeuze
Membre / Member
Posts: 4382
Joined: 08 Jun 2005 00:20
Location: Lörrach

Re: Le premier ministre qui parle "avé l'assent"

Post by ElieDeLeuze »

J'avoue que je suis atterré de voir que l'accent soit encore une question de marqueur social en France en 2020. C'est très con. Mais avant de tapper sur le parisien moyen qui n'a rien à envier en beauferie à aucune région, je dois avouer que l'Allemagne illustre aussi ce genre de phénomène en ce moment.

Söder, bavarois de Nüremberg, veut tenter sa chance pour succéder à Merkel, comme 99% de la population politicarde masculine du pays. Vu l'origine géographique du type, j'aime autant vous dire que sa définition de la phonétique n'a rien de commun avec les manuels d'allemand de votre enfance. Or, il fait un effort à la fois désespéré et désespérant de neutraliser son dialecte dans les médias nationaux. Etonnant, en somme, car Kohl n'avait jamais pris cette peine et la peine en question revenait entièrement à ceux qui tentaient de comprendre sa bouillie rhénane qui lui servait de langage.

Quant au cas Castex, outre le fait que je doute fort que le -x final ne se prononçât jamais /ks/, il a bien de la chance de pouvoir détourner l'attention des conneries monumentales qu'il a réussi à dire en moins d'une semaine avec une simple histoire d'accent gascon. Il y a un moment dans la vie où les snobinards bourgeois (auxquels je n'appartiens pas, contrairement à ce que prétend la rumeur) devront s'entendre dire que leur accent à eux ne cachent pas les fautes de français qu'ils croient n'entendre que chez les autres. Des volontaires dans la salle pour cette mission kamikaze ?
www.rtr.ch - Tgi che sa rumantsch sa dapli

Post Reply