πεφυτευμένοι

Bienvenue sur le forum Freelang.com !

Moderators: kokoyaya, didine, Beaumont, Sisyphe

Post Reply
Achille
Membre / Member
Posts: 72
Joined: 06 Apr 2017 08:26
Location: France

πεφυτευμένοι

Post by Achille » 07 Nov 2018 11:29

Bonjour,

Dans un commentaire à propos du mot ἧλος, Maunoury précise dans sa Petite Anthologie :
Λόγοι σοφῶν, ὡς ἧλοι πεφυτευμένοι, verba sapientium quasi clavi in altum defixi.
Je traduis la phrase latine :
Les paroles des sages sont comme des clous plantés profondément.

Ce qui me conduit à traduire le mot grec πεφυτευμένοι = plantés profondément. Mais je ne parviens pas à trouver ce mot dans mes dictionnaires grecs. Sauriez-vous me dire de quel verbe il s'agit ?

Je vous remercie.

User avatar
Sisyphe
Freelang co-moderator
Posts: 10507
Joined: 08 Jan 2004 19:14
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico

Re: πεφυτευμένοι

Post by Sisyphe » 08 Nov 2018 12:49

:) Πεφυτευμένοι est le participe parfait médio-passif de φυτεύω "planter"...

πε- : redoublement (on ne reprend jamais l'aspiration dans un redoublement, car il ne peut pas y avoir deux aspirées dans un même mot grec, donc φ- devient πε-, θ- devient τε- et χ- devient κε-).

-φυτ- : racine

-ο- : voyelle thématique

-μένοι : suffixe de participe médio-passif (remarquez au passage que l'accent au parfait est toujours sur le epsilon de ce suffixe, contrairement aux autres temps où il remonte au maximum).

La traduction en latin vous fait d'ailleurs remarquer le sens très précis du parfait en grec : à lui seul πεφυτευμένοι signifie "qui a fini d'être enfoncé, qui est enfoncé jusqu'au bout", alors qu'en latin, on est obligé d'écrire in altum defixi "enfoncé jusqu'au bout", sinon cela signifie juste "enfoncé" sans que l'on sache si l'action est terminée ou non.
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)

Achille
Membre / Member
Posts: 72
Joined: 06 Apr 2017 08:26
Location: France

Re: πεφυτευμένοι

Post by Achille » 08 Nov 2018 17:47

Bonjour Sisyphe,

La transformation de la consonne phi en pi m'a conduit à la mauvaise page du dictionnaire. J'avais complètement zappé cette transformation dans le redoublement. Du coup je n'ai pas vu le redoublement, et par suite mon égarement !

Merci, Sisyphe, pour l'analyse du verbe, le démontant en chacun de ses éléments.

Vous m'avez donné une belle leçon. Merci encore.

User avatar
Sisyphe
Freelang co-moderator
Posts: 10507
Joined: 08 Jan 2004 19:14
Location: Au premier paquet de copies à gauche après le gros dico

Re: πεφυτευμένοι

Post by Sisyphe » 08 Nov 2018 22:08

;) On appelle cela la "loi de Grassmann", ou "loi de dissimilation des aspirées". Cette même loi fait que si un jour vous tombez sur τριχός dans un texte, il faudra aller chercher dans le dictionnaire à... θρίξ (le cheveu) ! La racine, c'est *thrikh- avec deux aspirations, mais le grec exige d'en enlever une, sauf que dans *thrikhs (nominatif) c'est la seconde qui saute (logique : c'est presque impossible d'articuler [khs] !), alors que dans τριχός génitif, c'est la première (aucune raison particulière, c'est juste pour embêter les étudiants deux millénaires plus tard).

Au passage, merci de ne pas avoir relevé l'erreur de mon explication : il n'y a évidemment pas de voyelle thématique, le parfait est par nature un temps athématique : λέλυκα, λέλυμαι, λελυκός, λελυμένος<
La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes (Montaigne, II.12)

Achille
Membre / Member
Posts: 72
Joined: 06 Apr 2017 08:26
Location: France

Re: πεφυτευμένοι

Post by Achille » 09 Nov 2018 11:38

Sisyphe wrote:
08 Nov 2018 22:08
Cette même loi fait que si un jour vous tombez sur τριχός dans un texte, il faudra aller chercher dans le dictionnaire à... θρίξ (le cheveu) !
J'ai rencontré τρίχας dans la phrase :
Ἃμ' ἔῳ δ' αὐτὸς ἀναστὰς δέμας ἐλούσατο κρήνῃ, κυλισάμενός τ' ἐν πόᾳ τρίχας ἐμάξατο σπουδῇ, εἰς τήν τε πόλιν ἔδραμε νήφων.
J'ai, bien entendu, pesté un moment, jusqu'à ce que je découvre le mot τρίχενος, η, ον = de crin, de poil, présent dans le lexique inclus dans le manuel de Maunoury. Dans l'article l'auteur fait référence à la racine θρίξ . C'est ce qui m'a sauvé !
J'ai traduit la phrase ainsi :
Et lui, s'étant levé avec l'aurore, il lava son corps à une fontaine, et s'étant roulé dans l'herbe, il essuya ses poils avec soin, et étant à jeun, il courut vers la ville.
Sisyphe wrote:
08 Nov 2018 22:08
Au passage, merci de ne pas avoir relevé l'erreur de mon explication.
Sur ce coup, vous ne risquiez rien ! :D

Post Reply