Combinaison linguistique - interprète - FR A, EN B, DE C?

Bienvenue sur le forum Freelang.com !

Moderators: kokoyaya, didine, Beaumont, Sisyphe

Mad
Posts: 1
Joined: 26 Aug 2020 11:58

Combinaison linguistique - interprète - FR A, EN B, DE C?

Post by Mad »

Bonjour,

Après avoir lu plusieurs discussions sur ce forum, je me suis dit que j'y trouverai certainement de bon conseils! Je souhaite intégrer l'ESIT et devenir interprète, ce à quoi je me prépare activement depuis quelques années. Voici mes questions:

- Que savez-vous sur de la combinaison linguistique Français A - Anglais B - Allemand C, en ce qui concerne le marché du travail pour quelqu'un qui habite à Paris? Avez-vous des exemples de clients et conférences d'une telle combinaison amène à interpréter? :)

Pour l'instant, il semblerait que mon anglais et mon allemand soient plus proche d'une langue C que d'une langue B (pour vous donner une idée: niveau CI+/C2 dans les deux langues). Un interprète m'a dit qu'il était plus intéressant d'avoir l'anglais en B plutôt que l'allemand, auquel cas ça serait un anglais biactif avec un allemand C pas très sollicité, et des offres surtout sur le marché privé parisien. D'autres avis seraient les bienvenus!


- Pensez-vous qu'on peut être un bon interprète avec seulement 6 mois dans le pays de sa langue B? Je m'explique: je viens de terminer un stage de 6 mois en Angleterre et j'ai vécu un an en Allemagne. L'ESIT demande 1 an dans le pays de la langue B mais dans mon cas ce n'est pas possible.

Je pourrais me présenter avec un allemand B et anglais en C, et puis, plus tard, repasser en Anglais B et allemand C, mais est-ce que ça vaut le coup? Je préfère l’anglais mais je serais prête à avoir un allemand B, si besoin. Il y a aussi l'ISIT, puisqu'ils acceptent les langues B avec seulement 6 mois dans un des pays de la langue... Avez-vous d’autres idées ? Des conseils ?

Merci d'avoir pris le temps de me lire, je me réjouis d’avance de vos éventuelles réponses :jap:
User avatar
svernoux
Membre / Member
Posts: 17675
Joined: 09 Jun 2004 09:55
Location: Beaujolais

Re: Combinaison linguistique - interprète - FR A, EN B, DE C?

Post by svernoux »

Salut Mad,

C'est vrai qu'il y a quelques années, nous avions de bonnes réponses pour l'interprétation... Malheureusement, il n'y a plus beaucoup d'interprètes qui passent par ici (aymeric peut-être ?) La preuve, tu n'as pas eu de réponse...
Je ne suis "que" traductrice alors je n'ai pas vraiment les billes pour te répondre. En traduction, l'allemand est très demandé. Et même s'il y a de tout, le marché allemand est particulièrement riche en PME très techniques (toutes sortes de machines que tu n'avais même jamais imaginées...) J'imagine que cette tendance se ressent aussi en interprétation, mais je ne peux que deviner.

Pour ce qui est des exigences des écoles, je pense que tu trouverais plus d'infos auprès des écoles elles-mêmes ou de leurs associations d'anciens.

Pour les séjours, je sais que les écoles ont des exigences précises, mais après il faut aussi voir ton niveau réel et ce que tu as fait pendant tes séjours. On peut passer des années dans un pays et ne jamais bien parler si on est resté tout le temps dans sa communauté... Et le contraire arrive aussi, même si c'est plus difficile... Pour la petits histoire, sais-tu qu'en URSS, les interprètes (ainsi que les profs de langue, et les espions aussi, je pense !) étaient formés sans jamais avoir mis un pied à l'étranger ? Et pourtant, ils étaient très performants !
Sonka - Сонька
aymeric
Membre / Member
Posts: 1115
Joined: 03 Dec 2006 21:07

Re: Combinaison linguistique - interprète - FR A, EN B, DE C?

Post by aymeric »

Bonjour,

Mieux vaut tard que jamais, enfin j’espère : la combinaison français A anglais B est suffisante pour faire toute une carrière sur le marché parisien. Cela dit, même s’il y a de très rares exceptions, 6 mois en Angleterre risquent d’avoir été largement insuffisants pour avoir un B vraiment solide, sauf à avoir grandi dans une famille ou un environnement bilingue.
Tu sous-entends qu’il te serait envisageable de passer d’un allemand B à un anglais B un peu comme on change de chaussettes, mais il ne faut surtout pas sous-estimer le niveau requis dans une langue B, a fortiori à l’ESIT qui est beaucoup plus sélective que l’ISIT. Rares sont les interprètes ayant deux langues B, en général il s’agit de vrais bilingues qui ont vécu très longtemps dans le pays de leur troisième langue.

Pour quelqu’un qui habite Paris, l’allemand peut être utile pour l’UE (dommage que Didine ne soit plus là, elle connaît beaucoup mieux que moi) à condition d’avoir en plus de ces trois langues une quatrième langue recherchée par les institutions européennes (je ne saurais pas te dire lesquelles, ça change assez fréquemment, mais il est possible de trouver ces infos sur leurs sites).
L'ESIT demande 1 an dans le pays de la langue B mais dans mon cas ce n'est pas possible.
Vraiment absolument impossible ? Si c’est pour cause de vie familiale ça se comprend, mais j’espère que tu n’es pas une jeune étudiante qui a simplement envie d’en finir le plus vite avec les études, car cet empressement te desservira. Même si on passe à travers les gouttes et qu’on réussit à décrocher un diplôme d’interprète avec des langues fragiles, cette fragilité te poursuivra pendant des années et aggravera le stress des débuts, quand tu commenceras à travailler sur un marché en tant que débutante, plus ou moins discrètement jugée par tous tes collègues naturellement intrigués par cette jeune inconnue qui n’a pas encore fait ses preuves... et vu que tu auras des dizaines et des dizaines de collègues à Paris, c’est à des dizaines et des dizaines de "baptêmes du feu" qu’il faudra t’attendre. Tout ça pour dire qu’il vaut vraiment mieux partir sur de bonnes bases en ayant une marge confortable de maîtrise linguistique par rapport aux exigences minimales officiellement requises par les écoles. Cela te permettra de te concentrer uniquement sur l’interprétation en tant que technique, sans avoir à te préoccuper outre mesure de la qualité de ton expression.

Par ailleurs, il faut savoir que le métier est en train de changer... frappé de plein fouet par la crise actuelle, il se numérise de plus en plus, et les conférences virtuelles à distance (avec un son pourri et des connexions instables la plupart du temps) se généralisent, ce qui ouvre la voie à une ubérisation du métier, puisque les clients avertis peuvent maintenant faire appel à des interprètes basés en Afrique du nord qui feront le travail de leurs collègues parisiens pour quatre fois moins cher. Je ne sais pas quel discours les écoles tiennent auprès de leurs élèves, mais il faut vraiment être préparé à accepter cette nouvelle réalité dans un métier qui était déjà relativement précaire à la base.